Nouvelles

Stéphanie Laurin, artiste en arts visuels

Comme on l’a dit d’un célèbre Gaulois, Stéphanie Laurin est tombée dedans quand elle était petite, à la différence que la magie ne venait pas d’une potion mais plutôt des arts visuels ! Cet intérêt s’étendait aussi à la littérature et au cinéma.

Toute jeune en effet, Stéphanie Laurin était passionnée par le dessin. C’était dans son ADN dirait-elle. Tous les sujets lui plaisaient et l’inspiraient. Une fois ses études secondaires terminées, son grand intérêt pour le dessin l’a conduite vers le Cégep Édouard-Montpetit ou elle a étudié les arts plastiques. Puis, inspirée par le désir de partager sa passion, elle s’est lancée dans un bac en enseignement des arts visuels à l’UQAM. Ceci, combiné à sa pratique artistique, lui a permis de travailler par la suite en animation culturelle, ce qu’elle fait encore depuis de nombreuses années.

Entre ses 20 et 25 ans, elle a produit une centaine d’œuvres, participé à plusieurs expositions collectives, en plus de s’impliquer bénévolement dans le milieu artistique de Montréal et de la Montérégie. Sa plus grande exposition solo, qui fut un succès, a été présentée au Corps de Garde de Chambly en 2019.

Bien qu’elle soit attirée par plusieurs techniques, c’est le dessin qui la satisfait le plus. Elle utilise des crayons de couleur et des bâtons de couleur qu’elle applique sur du papier ou sur du bois. L’acrylique liquide se mêle parfois à ces dessins au crayon ce qui produit sur la surface un mélange de textures intéressantes.

Elle aime explorer les thèmes de la nature : arbres, fleurs et animaux sont parfois entremêlés dans la même œuvre. Elle décrit son style comme étant semi-réaliste.

La quantité de détails ainsi que le contraste et la profondeur de l’œuvre sont pour elle l’effet recherché. C’est l’effet qui fait « pop » qui lui indique que son tableau est terminé, un mélange de réalisme et d’abstraction.

Le sentiment de liberté et d’affirmation de soi que lui procure la pratique artistique est pour elle un élément essentiel. Elle est heureuse d’affirmer que, depuis quelques années, son exercice artistique est plus personnel ce qui lui procure un bien-être créatif essentiel, sans contraintes. Le fait de s’autoriser à prendre le temps de faire ce dont elle a envie, le moment de création, l’action de peindre et de dessiner lui procurent un sentiment de plénitude très nourrissant.

Pour faire connaître sa première participation à la Route des arts du Richelieu, Stéphanie Laurin a pris l’initiative de contacter elle-même les journaux de sa région où se retrouvent aussi trois autres participants de Chambly/Carignan. Cette action dynamique démontre l’esprit créatif et proactif qui l’anime. Elle souhaite maintenant que la réponse à sa démarche soit profitable pour l’ensemble du circuit de la Route des arts du Richelieu.

Depuis cette année, Stéphanie Laurin a son atelier-studio dans lequel elle pourra donner des cours aux adultes et aux adolescents dès l’automne 2021. Ces cours de base permettront l’exploration du dessin, de l’aquarelle et de la peinture. On peut en apprendre plus sur les cours en consultant le site web Stéphanie Laurin Art. Avis aux intéressés!

Entrevue et texte par: Marie-Andrée Leclerc, Muséologue, historienne de l’art et consultante en arts visuels

Abonnez-vous  à l’infolettre de la Route des Arts du Richelieu et recevez toute l’information sur les visites d’ateliers et les expositions à venir!